Envoyer à un ami

Cétacés - Observations rares successives !

Nombreuses observations sur les cétacés du Golfe de Gascogne ↓ Lire le descriptif détaillé plus bas ↓

Cétacés - Observations rares successives !

Nombreuses observations sur les cétacés du Golfe de Gascogne ↓ Lire le descriptif détaillé plus bas ↓

Accueil > Actualité > Cétacés - Observations rares successives !

Le programme de surveillance des populations de cétacés du sud Gascogne, OSI-CETIS a pu mettre en œuvre plusieurs séjours « Biscaye » consécutifs de la mi-avril à la mi-mai, avec un séjour « famille » durant les congés scolaires, une formation à l’identification des cétacés et un séjour avec une classe de collège de Chantilly. Ces mois d’avril et mai ont la particularité de correspondre à la mise bas et les accouplements d’une espèce, le globicéphale noir (Globicephala melas). Plusieurs observations rares ont été faites et montrent ainsi l’importance de cet effort accrue et continue d’observation.

L’apport en connaissance de ces observations montre l’importance des sciences participatives sciences participatives Les sciences participatives et sciences citoyennes sont au cœur de notre projet. En effet, c’est un moyen ludique et citoyen de compléter des travaux scientifiques.

Lors des différentes missions, nous regroupons les données que nous avons récoltées et les partageons avec le monde de la recherche. Cela permet à tous ceux qui sont intéressés par la recherche scientifique, sans pour autant avoir une implication directe dans la recherche, de s’informer des dernières avancées
Votre action contribue donc à l’avancée de la science !


L’exercice de vulgarisation scientifique prend différentes formes. Il peut s’agir de l’observation de différentes espèces animales : oiseaux, insectes, reptiles et mammifères, afin de les répertorier. Cela peut également s’appliquer à la biodiversité marine. La vulgarisation peut également être appliquée à la géologie grâce au développement des technologies satellites qui se sont démocratisées grâce à l’essor du drone (géo-référencement), et même dans le domaine de l’astronomie par la cartographie du ciel.

Les possibilités sont nombreuses et ne demandent qu’à être saisies.

L’expérimentation des nouvelles technologies de collecte scientifique fait partie intégrante de nos séjours. L’utilisation de la photographie numérique, des Spectrophotomètres, ainsi que de microscopes et de drones font partie du matériel que nous mettons à disposition dans nos colonies de vacances.
Les séjours que nous proposons sont aussi variés que les outils scientifiques à notre portée : observation de l’éclipse totale aux Etats-Unis en 2017, suivi des cétacés à Tahiti, ou encore découverte de la somptueuse panthère des neiges au Kirghizstan sont au programme.
et de la répétitivité des séjours

Le sud du golfe de Gascogne est une zone riche en cétacés. Durant 600 ans, les chasseurs baleiniers et toute l’Europe connaissait cette ressource, exploitée pour fabriquer, entre-autre de l’huile d’éclairage. Depuis l’abandon de cette chasse, beaucoup ignorent la biodiversité de ce secteur, liée aux canyons sous-marins, notamment le canyon de Capbreton qui s’étend depuis la côte vers l’ouest sur quelques centaines de kilomètre.

Si la principale baleine Dauphin
Baleine
Dauphins, baleines, plancton, découvrez la richesse des océans en participant à nos stages nature baleines et dauphins.
chassée au Moyen Age est en état critique de conservation, bien d’autres espèces sont toujours présentes. Certaines sont très peu connues, faute d’études et de surveillance.

Le programme de surveillance des populations de cétacés du sud Gascogne, OSI-CETIS a pu mettre en œuvre plusieurs séjours « Biscaye » consécutifs de la mi-avril à la mi-mai, avec un séjour « famille » durant les congés scolaires, une formation à l’identification des cétacés et un séjour avec une classe de collège de Chantilly. Ces mois d’avril et mai ont la particularité de correspondre à la mise bas et les accouplements d’une espèce, le globicéphale noir (Globicephala melas). Plusieurs observations rares ont été faites et montrent ainsi l’importance de cet effort accrue et continue d’observation.

Des nouveaux nés ont été croisés, reconnaissables aux plis fœtaux sur leur corps. Ces rencontres constituent une bonne nouvelle et une preuve que les naissances, chez cette espèce, dans ce secteur géographique, ont lieux en avril-mai alors que certains auteurs mentionnent encore les mises-bas en août. L’état de santé de cette espèce, en Atlantique, est indéterminé, faute de données suffisante.

Un de ces nouveau-nés, globicéphale noir a été aperçu mi-mai, parmi un groupe d’une autre espèce. Si les cas d’adoption entre espèces différentes sont connus chez les mammifères, terrestres comme marins, ils sont très rares ; un travail d’analyse des photos prises lors des séjours reste à faire pour tenter de retrouver traces de la femelle « adoptive » de Grand dauphin Dauphin
Baleine
Dauphins, baleines, plancton, découvrez la richesse des océans en participant à nos stages nature baleines et dauphins.
(Tursiops troncatus). Les adoptions peuvent être passagères si la mère ou le groupe d’origine est retrouvé ou sur le long terme en cas contraire.

Il est intéressant de noter que plusieurs observateurs experts étaient à bord ce jour-là. Un a vu le nouveau-né mais n’a aucun cliché. Un autre n’a ni vu ni pris de cliché. Un troisième ne l’a pas vu mais a découvert cette présence sur un cliché. Cela montre l’importance de la photo comme outil scientifique pour le suivi de la mégafaune marine, l’importance de la formation et l’importance d’être le plus nombreux possible.

Une autre rencontre surprenante a animé le séjour de formation cette fois : un dauphin bleu et blanc (Stenella coeruleoalba) quasi entièrement dépigmenté. Cet individu avait été vu en aout 2021. En effet, l’analyse de l’aileron dorsal permet de conclure que c’est le même individu qui a été observé en 2021 et en 2022.

L’observation 2022 a permis d’identifier l’espèce avec certitude, contrairement à celle de 2021. Aucun cas de leucisme (absence de coloration mais pigmentation normale des yeux contrairement aux albinos) n’a été trouvé dans la littérature pour cette espèce ; quelques cas sont répertoriés chez d’autres espèces, principalement dans l’hémisphère nord. Cette anomalie peut s’expliquer par différentes hypothèses documentées chez certaines espèces tels que la pollution chez les oiseaux, une diminution de la qualité de l’habitat chez les oies et de la nourriture chez les campagnols. Cependant, chez les cétacés le manque de connaissance sur ne permet pas d’émettre d’hypothèse sur les origines de ce phénomène.

Enfin, dernière sortie et dernière observation notable : un jeune dauphin de l’espèce Stenella coeruleoalba, croisé seul. La encore, la photo, à postériori, nous permet d’émettre une hypothèse à ce comportement inhabituel d’isolement, en apparence. Le corps de l’animal présente de nombreuses nécroses pathologiques. Or, un animal malade s’éloigne souvent de son groupe. Il aurait fallu effectuer une écoute acoustique Acoustique L’acoustique est une discipline qui vise à comprendre le fonctionnement du son. Si tu souhaites approfondir le sujet alors rejoint nous chaque été en partant en vacance avec nos séjours pour tenter de détecter la présence du groupe à plusieurs mille nautique de cet individu isolé.

Ces observations rarissimes soulignent l’importance des sciences participatives sciences participatives Les sciences participatives et sciences citoyennes sont au cœur de notre projet. En effet, c’est un moyen ludique et citoyen de compléter des travaux scientifiques.

Lors des différentes missions, nous regroupons les données que nous avons récoltées et les partageons avec le monde de la recherche. Cela permet à tous ceux qui sont intéressés par la recherche scientifique, sans pour autant avoir une implication directe dans la recherche, de s’informer des dernières avancées
Votre action contribue donc à l’avancée de la science !


L’exercice de vulgarisation scientifique prend différentes formes. Il peut s’agir de l’observation de différentes espèces animales : oiseaux, insectes, reptiles et mammifères, afin de les répertorier. Cela peut également s’appliquer à la biodiversité marine. La vulgarisation peut également être appliquée à la géologie grâce au développement des technologies satellites qui se sont démocratisées grâce à l’essor du drone (géo-référencement), et même dans le domaine de l’astronomie par la cartographie du ciel.

Les possibilités sont nombreuses et ne demandent qu’à être saisies.

L’expérimentation des nouvelles technologies de collecte scientifique fait partie intégrante de nos séjours. L’utilisation de la photographie numérique, des Spectrophotomètres, ainsi que de microscopes et de drones font partie du matériel que nous mettons à disposition dans nos colonies de vacances.
Les séjours que nous proposons sont aussi variés que les outils scientifiques à notre portée : observation de l’éclipse totale aux Etats-Unis en 2017, suivi des cétacés à Tahiti, ou encore découverte de la somptueuse panthère des neiges au Kirghizstan sont au programme.
en mer pour le recensement des mammifères marins Mammifères Marins Observer les mammifères marins de la mer d’Iroise en Bretagne. Les voir évoluer dans leur écosystème naturel. C’est possible avec nos « expéditions à la voile à la découverte du plancton ». afin d’avoir le plus de signalements possibles et ainsi mieux évaluer des phénomènes particuliers comme le leucisme, de mieux préciser les modes de vie des espèces et notamment les périodes clés de mise-bas ou encore, l’abondance relative de pathologie.

La question nous est souvent posée « qu’est-ce que l’on peut faire pour mieux protéger cette faune sauvage ? ». Un élément de réponse est de participer aux suivis organisés à travers les séjours et développer les compétences d’observation et de photographie. Alors, venez les aider en vous faisant plaisir durant l’été et à l’automne. Chaque saison est particulière. Le mois de juillet est celui des baleines à bec au Pays basque, autre espèce pour laquelle, le manque de connaissance ne permet pas de statuer sur sa conservation. La répartition des cétacés sur le pourtour de la Bretagne connait des changements depuis ces dernières années, à documenter pour en comprendre l’origine. L’automne est une saison très peu explorée.

http://www.vacances-scientifiques.com/Le-Grand-dauphin-des-archipels-francais.html

http://www.vacances-scientifiques.com/Dauphins-voilier-baleine-Pays-Basque.html

https://vacances-scientifiques.com/Highlands-and-Islands-l-Orque-du-nord-de-l-Ecosse.html

https://vacances-scientifiques.com/Marokintana-le-requin-baleine-aux-mille-etoiles.html

Nos partenaires

Voir également