Nature au Sommet - Alpinisme et BiodiversitéNiveau 3

Cordes, guides naturalistes et mousquetons sont prêts : à l’assaut des sommets pour observer fleurs et animaux d'altitude ! ↓ Lire le descriptif détaillé plus bas ↓

Nature au Sommet - Alpinisme et BiodiversitéNiveau 3

Cordes, guides naturalistes et mousquetons sont prêts : à l’assaut des sommets pour observer fleurs et animaux d'altitude ! ↓ Lire le descriptif détaillé plus bas ↓

Biodiversité - 7 ou 15 jours - Suisse
Des séjours de vacances qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets de sciences participatives pour le développement durable

Introduction

Un camp pour découvrir et apprendre l’alpinisme ET étudier la faune et la flore ! Voilà une opération inédite : recenser les plantes et animaux sur la voie des sommets des Alpes Suisses afin d’étudier l’évolution de la Biodiversité d’altitude avec le climat !

Le Séjour

Un Séjour au Sommet !

Devenez des aventuriers de la Biodiversité ! Durant ces vacances insolites Vacances Insolites Passer des vacances insolites. Nager avec les dauphins et les baleines. Participer à la recherche scientifique. C’est possible avec nos stages nature baleines et dauphins. , vous apprendrez à la fois à escalader les sommets, à identifier les plantes de haute montagne, à faire des rappels, à dénicher les insectes d’altitude, à vous encorder à vos camarades ou encore à observer chamois et rapaces des sommets ... Beaucoup de découvertes en perspectives !

Ceci vous permettra d’étudier la faune et la flore de la haute montagne, particulièrement méconnue car peu d’alpinistes s’y intéressent, et peu de biologistes savent faire de l’alpinisme ! Plantes en coussins dures comme de la pierre, insectes sans ailes, papillons ne volant qu’un été sur deux, animaux acrobates dans les falaises ... on trouve en effet de drôles de choses en altitude, y compris beaucoup d’espèces rares voire endémiques et uniques au monde ! Mais c’est aussi le royaume d’animaux sauvages et prestigieux, comme le Bouquetin des Alpes ou l’Aigle royal !

En plus d’en avoir plein la vue face aux magnifiques paysages et de s’extasier de l’ambiance incomparable des sommets, quels sont les objectifs de ce séjour ? Et bien il s’agit de suivre année après année l’évolution de la biodiversité d’altitude, et de la mettre en rapport avec l’évolution du climat. C’est en effet sur les animaux et les fleurs de haute montagne que l’on peut le plus efficacement étudier les impacts des changements climatiques sur la biodiversité.

En parallèle de nos autres séjours sur la nature et la biodiversité du Val d’Anniviers (« A l’affût de la Biodiversité » et « Pisteur des Alpes »), c’est à une opération d’envergure de suivi de la biodiversité sur l’ensemble de la vallée que vous pouvez participer !

© OSI/pierre peyret, OSI/bastien, Wolfgang Dirscherl/pixelio.de

JPEG

Le Projet de Recherche

Plusieurs objectifs scientifiques seront poursuivis durant ce séjour.

Le cœur du projet consiste à la réalisation d’un suivi de la répartition altitudinale de la faune et de la flore de haute montagne : il s’agit d’observer l’évolution, année après année, des altitudes maximales et minimales auxquelles sont observées telles ou telles espèces. Ceci nous permettra de récolter des informations de qualité sur l’impact de l’évolution du climat sur la biodiversité du Val d’Anniviers en particulier, et de la montagne en général.

Ce projet est ensuite inclus dans un projet plus large de suivi de la biodiversité du Val d’Anniviers réalisé par le programme Biodiversita avec nos autres séjours sur place (« A l’affût de la Biodiversité » et « Pisteur des Alpes »). Les données récoltées serviront donc également à notre inventaire global de la biodiversité de cette vallée ainsi qu’à parfaire notre compréhension des différentes causes d’évolution de celle-ci.

A plus grande échelle, les données seront transmises aux organismes chargés du suivi de la biodiversité à un niveau régional (collectivités, associations), national (Centre Suisse de Cartographie de la Faune (CSCF) géré par l’Université de Neuchâtel) et international (GBIF – Global Biodiversity Information Facility – Système Mondial d’Information sur la Biodiversité). A grande échelle, ces données pourront servir à étudier l’évolution de la biodiversité en relation – par exemple – avec l’évolution de la pression humaine sur l’environnement.

© OSI/zélie, OSI/pierre peyret

Concept Appris sur le séjour

Écosystèmes - Biologie des populations - Indices de présence - Réintroduction d’espèces animales - Suivi animal - Transects - Prélèvements - Ornithologie - Botanique - Entomologie - Mammalogie - Herpétologie - Mycologie - Milieux naturels - Communautés biologiques - Inventaire de la biodiversité - Échantillonnage - Comptage - Identification

Le Matériel Utilisé

Carte topographique - Épuisette (filet troubleau) - Filet à papillons - Herbier - Jumelles - Loupe de terrain - Loupe binoculaire - Lunettes d’observation - Photographie numérique - Piège à insectes - GPS - Clés de détermination - Pièges-photos - Moulage pour empreintes - Carnet de terrain - Filet fauchoir - Parapluie japonais - Fiole d’échantillonnage

Le lieu




Le village montagnard de Chandolin existe depuis 1250. Il est, à près de 2’000 mètres d’altitude, l’un des villages les plus hauts d’Europe habités toute l’année. Sa position lui confère un taux d’ensoleillement spécialement élevé et permet de profiter jusqu’aux derniers rayons de soleil de la journée. Autrefois muse des poètes et escale des voyageurs, Chandolin a conservé tout son charme.

Le village se situe dans le val d’Anniviers, vallée sauvage et charmante du Valais Suisse. Les sommets environnants culminent à plus de 3’000 mètres, et même plus de 4’000 mètres pour certains ! Parmi ces magnifiques sommets se trouve le Cervin (Matterhorn) montagne la plus célèbre de Suisse. Dans cette vallée en plein cœur des Alpes, la géologie est particulièrement riche ; elle a donc connu une forte activité minière et ce, depuis les temps de la préhistoire (cristaux, métaux...). Aujourd’hui, il est possible de visiter certaines mines avec Objectif Sciences International et observer les minéraux qui y affleurent. D’ailleurs, l’un d’entre eux est un peu spécial... car il brille la nuit !



Le cadre de montagne est magnifique en été comme en hiver. Que nous regardions depuis la fenêtre ou que nous partions en ballade, les lacs, cols, sommets et prairies d’altitudes sont époustouflants. Il y a encore de nombreux glaciers, comme celui du Moiry, au pied duquel nous allons souvent bivouaquer l’été. Le gigantisme de cette eau endormie se reflétant dans le miroir d’un lac, associé aux vues d’altitudes, provoquent toujours une certaine émotion. C’est le cadre idéal pour apprendre toutes les étapes de la randonnée et de la gestion d’un feu de camp. La biodiversité qui pousse, qui court et qui vole est elle aussi remarquable et abondante, de la flore alpine aux aigles royaux, cerfs et autres criquets originaux.

Dans le val d’Anniviers, il n’y a que quelques villages rustiques et la vallée qui a une riche histoire est très bien préservée, bien qu’habitée depuis fort longtemps. On y trouve deux sites de pierres à cupules – vestiges mystérieux du néolithique – et de nombreux moulins du XVIIIe siècle, témoins d’une forte activité autour de la farine de seigle. Vous le verrez, l’architecture rustique est très particulière et complètement adaptée aux contraintes propres à cet étage montagnard.

L’été, les villages de Chandolin, Saint-Luc, Zinal et Grimentz sont les bases de départ en randonnée des amoureux de la nature et de la montagne, pour des parcours adaptés aux débutants comme aux confirmés, qui permettent de marcher ou de faire du VTT devant de superbes paysages. Plus particulièrement, à ou depuis Chandolin, nous pourrons, si nous trouvons le temps, suivre le parcours historique pour visiter le vieux village, son église et ses alentours, faire un tour à l’espace dédié à Ella Maillart (exploratrice et aventurière Suisse), au musée de la faune ou au moulin de Chandolin ; parcourir les sentiers didactiques des « promenades botaniques » ou de la Chénégouga qui met en avant les 5 sens ; marcher jusqu’au paysage alluvial de l’Illgraben (plus important site de production de laves torrentielles de Suisse) ou encore trouver le grand mélèze des Armèles plus de 8 fois centenaire !

Les bus de La Poste Suisse ainsi que les téléphériques et funiculaires qui nous permettent de rejoindre facilement tous les points de la vallée ou de prendre de la hauteur, en limitant notre empreinte carbone, sont un des avantages incontournables de ce lieu.


Les Observations Astronomiques !

Enfin, été comme hiver, nous avons la chance de pouvoir visiter l’observatoire François-Xavier Bagnoud implanté à Saint-Luc lorsque les conditions météorologiques le permettent. Il possède, entre autres, un télescope de 600 mm et des animateurs spécialistes et passionnés qui collaborent avec l’ONG Objectif Sciences International.

Le village de St-Luc, voisin de Chandolin à 10 minutes en car postal, vit au rythme des Planètes, des Étoiles et des Galaxies. Au détour des rues, vous découvrirez Mars, Pluton, le Soleil, Venus, etc. peints sur les murs tandis que certains chalets portent des noms galactiques !

Chandolin et le val d’Anniviers nous offrent donc une richesse tant historique que géologique, architecturale et bien évidemment biologique, dans un contexte humain assez bien intégré à l’environnement : idéal pour assouvir notre curiosité !

Fête Nationale Suisse

Sur les séjours qui tombent autour du 1er août, nous fêtons la Fête Nationale Suisse comme il se doit, vraiment typique en ces altitudes de montagnes, avec ses feux d’artifice, son grand feu de joie, ses lampions, ses musiques traditionnelles... et sur les séjours d’hiver nous fêtons le Nouvel-An.

Ci dessous quelques photographies réalisées par notre partenaire photographe Armando SIN, lors de la Fête Nationale du 1er août 2011 dans le Val d’Anniviers. Ces prises de vues ont été composées dans une démarche artistique relative aux couleurs « passées » de ces images des métiers d’antan présentés à l’occasion de cette journée de fête.


Toute l’après-midi et la soirée du 1er août c’est fête dans la Vallée. On en profite pour dormir à la belle étoile après la fête.

Le Quotidien sur Place

Vous l’aurez deviné, nous serons le plus souvent ... en montagne ! Un maximum de temps sera donc passé en altitude à se former aux techniques d’alpinisme et à se familiariser avec la faune et la flore d’altitude.
Alors un sac à dos, le matériel d’alpinisme, un carnet de terrain, une loupe, des jumelles, un GPS et tout le matériel du LINABIO (notre super Laboratoire d’Identification Naturaliste Biodiversita) et c’est parti pour des prospections sur les cimes !

Mais une prospection c’est quoi ? C’est un temps d’observation où nous allons aiguiser nos 5 sens et notre curiosité pour dénicher et découvrir grande faune des sommets, fleurs éphémères des bords de glaciers, oiseaux nichant dans les falaises et autres bestioles cherchant à échapper à notre enquête ! Et tout ça se passe dans le « fun » grâce aux rallyes naturalistes & ludiques, mais aussi avec le plus grand sérieux nous sommes des scientifiques quand même !

Et comme les sommets sont souvent longs à atteindre, nous serons amenés également à passer des nuits en montagne, que ce soit en refuge ou en bivouac. Mais attention, pas n’importe quel bivouac, ce sera du « 5 étoiles » : avec panoramas époustouflants, pelouses moelleuses, duvets douillets et veillées de jeux à la belle étoile !

Mais même les plus émérites alpinistes ont besoin de détente, et tout cela sera donc ponctué de temps au centre animé d’une myriade d’activités extra-scientifiques tels que grands jeux, soirées, ateliers de découvertes et autres activités sportives !

© OSI/thomas, OSI/zélie, OSI/zélie

L'Équipe

Sylvain Allombert est le responsable scientifique et technique du Programme de Recherche « Biodiversita » et des séjours FBI. Une thèse de doctorat en écologie entre la France et le Canada lui fera découvrir sa vocation : la vulgarisation des connaissances scientifiques sur la Biodiversité. C’est dans une association qu’il pourra développer ses compétences dans ce domaine, travaillant avec tous types de publics, des jeunes enfants aux professionnels. Au niveau naturaliste, c’est un généraliste ayant exercé comme ornithologue, entomologue ou écologue, en touchant également d’autres domaines comme la botanique, les mammifères, les reptiles ou les amphibiens.

Sur ce séjour, Sylvain sera en charge de l’organisation des activités scientifiques, mais fera aussi office de conseiller spécial « insectes » et « oiseaux » pour nos aventuriers ! Ses connaissances extrêmement diversifiées sur le monde naturel ne manqueront pas de satisfaire la curiosité des participants ! Fort d’une expérience comme bénévole du Club Alpin Français en charge de l’initiation à l’alpinisme, il apportera également ses compétences pour l’initiation des participants aux techniques de sécurité.

L'Hébergement

Notre centre OSI dans le val d’Anniviers est hébergé à l’auberge Les Choucas, un lieu convivial et chaleureux qui offre une vue imprenable de la vallée ! Nous pourrons y profiter des nombreux espaces communs, en intérieur et en extérieur, pour nos activités scientifiques, nos activités extrascientifiques, nos repas, nos jeux et nos moments de repos. Nous y dormirons dans des dortoirs spacieux de 4 à 10 personnes.

Le télésiège situé à 50 mètres de l’auberge permet d’accéder très facilement aux pistes de ski en hiver et de randonnées en été. Par ailleurs, le réseau des Cars Postaux dessert tous les points et villages importants de la vallée dont celui de St-Luc par lequel nous accédons à l’observatoire astronomique qui se trouve en haut du funiculaire.

Les repas sont équilibrés et variés ! C’est donc dans une atmosphère familiale et chaleureuse que nous vivrons dans cette auberge, au cœur de la culture Suisse.

FAQ

Posez une question

Bonjour,

Je n’ai pas de matériel pour faire de l’alpinisme. Je n’ai jamais fait d’alpinisme. Est-ce que c’est gênant ?

Le matériel technique vous sera prêté durant le camp. Il faut juste vous assurer d’avoir des chaussures, des vêtements et un sac à dos adaptés. Par ailleurs, pas de souci, ce camp est prévu pour les participants n’ayant jamais fait d’alpinisme.

Répondre à ce message

Est-ce réservé aux participants très très sportifs ?

Les ascensions que nous réaliserons seront d’une longueur modérée afin d’avoir du temps pour l’observation de la faune et de la flore. Un entrainement physique intensif n’est donc absolument pas nécessaire, mais un minimum de pratique sportive est conseillé afin de profiter du séjour pleinement.

Répondre à ce message

Faut-il déjà savoir faire de l’alpinisme pour participer à ce camp ?

Non, l’initiation à l’alpinisme sera faite durant le camp.

Répondre à ce message


Posez une question

A prendre avec soi

Tout le matériel d'alpinisme spécifique (baudrier, corde, mousquetons, longes...) sera fourni. Il vous faudra néanmoins avoir des chaussures et des vêtements adaptés à la pratique de la haute montagne.

Photos / Vidéos

© OSI : Sierre-Anniviers.ch, OSI/Iacopo Luino, Wolfgang Dirscherl/pixelio.de

© OSI : Sierre-Anniviers.ch, OSI/Sylvain Allombert/Iacopo Luino

© OSI : Sierre-Anniviers.ch, OSI/Iacopo Luino

Nos partenaires

Voir également