Envoyer à un ami

Le gene 5-HTT predispose a la depression

↓ Lire le descriptif détaillé plus bas ↓

Le gene 5-HTT predispose a la depression

↓ Lire le descriptif détaillé plus bas ↓

Le psychiatre viennois Lukas Pezawas a identifie une cause genetique de
la depression et decrypte le mecanisme sous-jacent. Le gene a l’origine
du transporteur de la serotonine (5-HTT), ou plus exactement l’allele
court de son promoteur (5-HTTLPR), figurent au centre du mecanisme.
Actuellement directeur des urgences du Departement de psychiatrie de
l’Hopital general de Vienne (Hauptambulanz der Klinischen Abteilung fur
Allgemeine Psychiatrie am Wiener AKH), Lukas Pezawas a travaille trois
ans durant au National Institute of Health americain, au sein de
l’Institut national de sante mentale (National Institute of Human
Health). C’est la qu’il a etudie les reponses du cerveau humain a des
stimuli anxiogenes, en recourant a l’imagerie par resonance magnetique.
Le metabolisme de la serotonine, neurotransmetteur implique dans la
regulation de l’humeur, constituait sa principale preoccupation. Il est
apparu que, chez les porteurs de l’allele court (S-allele) de 5-HTTLPR,
soumis a des situations anxiogenes, les activites de l’amygdale et du
cingulum sont deconnectees. Au contraire, leurs activites sont correlees
chez les porteurs de la version longue, ce qui temoignerait d’un
phenomene de retroaction. L’amygdale, centre des emotions et zone du
cerveau primitif, genererait un sentiment d’anxiete en reponse aux
stimuli exterieurs, tandis que le cingulum, zone externe du cerveau,
fronto-temporale, viendrait temperer ce sentiment, en controlant
l’activite de l’amygdale. L’absence de moderation de l’amygdale permet
l’emballement de l’activite de cette derniere, et suscite en consequence
des sentiments d’angoisse incontroles, sources a la longue de
depressions. Cette decouverte vient confirmer des resultats deja connus
quant a 5-HTTLPR
 : il avait en effet ete demontre que les porteurs de l’allele court
souffrent plus frequemment de depressions, et presentent des
comportements caracteristiques de l’anxiete. L’etude, publiee dans
Nature Neuroscience, nous apprend en complement que les regions
limbiques de leurs encephales, essentielles au traitement des emotions
negatives, sont moins volumineuses.

Contacts :
- Lukas Pezawas, Klinische Abteilung fur Allgemeine Psychiatrie,
Universitatsklinik fur Psychiatrie, Medizinische Universitat Wien,
Wahringer Gurtel 18-20, A-1090 Wien - tel : + 43 1 40400 3568 -
lukas.pezawas meduniwien.ac.at
- ’5-HTTLPR polymorphism impacts human cingulate-amygdala interactions :
a genetic susceptibility mechanism for depression’ ; Pezawas L.,
Meyer-Lindenberg A. et al., Nature Neuroscience, 08/05/2005 ; APA,
12/05/2005

Nos partenaires

Voir également